En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu POnan

Ponan

Zone de texte éditable et éditée

Physiologie des Adaptations Nutritionnelle (PhAN)

Responsable : Dominique DARMAUN
  • Statut de l’unité : UMR INRA-Université

  • Effectif total : 30

  • Projet de recherche de l’UMR :

L’objectif général de l’unité « Physiologie des Adaptations Nutritionnelles » (PhAN), née en 2006, est de comprendre par quels mécanismes les nutriments sont capables de modifier durablement la fonction de deux organes clés de la nutrition : les circuits neuronaux hypothalamiques qui régulent la prise alimentaire, d’une part, et le côlon d’autre part, impliqué dans la défense de l’organisme contre les agents nocifs de l’environnement. La nutrition périnatale est utilisée comme modèle privilégié, puisque c’est une période sensible où des modifications nutritionnelles sont le plus aptes à avoir un impact rémanent à long terme (« empreinte nutritionnelle »).

Cet objectif a un double enjeu, à la fois cognitif (mieux comprendre la physiologie de la réponse aux nutriments), et, dans une optique de prévention, de déterminer si les recommandations d’apports en nutriments spécifiques (oligosaccharides, protéines) dans les préparations pour nourrissons ou dans l’alimentation de l’adulte, doivent être remises en cause pour réduire le risque de pathologies graves comme l’obésité, les maladies inflammatoires de l’intestin, ou le cancer du côlon de l’adulte.

Pour répondre à cet objectif, l’UMR a pour objectifs spécifiques de développer des modèles animaux, nécessaires à l’étude de l’effet des manipulations nutritionnelles périnatales. Grâce à ces outils, l’équipe intitulée « Programmation nutritionnelle du système nerveux central (SNC) » (animateur: Patricia Parnet) a pour objectifs de déterminer les conséquences de manipulations nutritionnelles périnatales sur les mécanismes de régulation de la prise alimentaire au niveau physiologique, moléculaire et comportemental chez le rat, et de rechercher s’il existe un déterminisme génétique de l’adaptation nutritionnelle à l’alimentation périnatale et, si c’est le cas, d’établir si ces effets sont médiés par des modifications épigénétiques. L’équipe doit également débuter une étude de nutrigénétique clinique dans le but de rechercher un éventuel déterminisme génétique sur la réaction de l’organisme à l’environnement nutritionnel et son influence sur le comportement alimentaire du petit enfant.

Une seconde équipe, intitulée « Nutrition néonatale et maturation de la barrière intestinale », (animateurs: Dominique Darmaun et Martine Champ), a pour objectif de caractériser l’impact des apports nutritionnels périnataux sur la maturation du côlon et leurs conséquences à long terme sur la fonction barrière de cet organe.

La 3ème équipe (animateur: Jean-Pierre Segain), intitulée « Adaptation nutritionnelle de la muqueuse colique - réponses métaboliques et géniques », a pour objectif de mettre en évidence des mécanismes d’adaptation nutritionnelle de la muqueuse colique et de définir des marqueurs (métaboliques, épigénétiques et géniques) de réponse à certains régimes alimentaires protecteurs ou prédisposant au risque de pathologies inflammatoires ou cancéreuses ;

Enfin, la 4ème équipe, intitulée « Recherche clinique en nutrition néonatale » (animateur : Jean-Christophe Rozé) a pour objectif de valider chez le nourrisson humain la pertinence des marqueurs mis en évidence par les 3 autres équipes chez l’animal, et, en s’appuyant sur le Centre d’investigation clinique et un réseau régional de suivi, de déterminer les effets des apports nutritionnels des premières semaines de vie sur la croissance, le développement et les fonctions intestinales de cohortes de nouveau-nés humains.

  • Collaborations sur Nantes et la Région Pays de la Loire :
    • UR Biopolymères, Interactions, Assemblages (BIA, INRA)

    • Unités INSERM 913, 915 et 610, IFR26

    • Institut des Maladies de l’Appareil Digestif, CHU

    • LABERCA, ONIRIS. UNE, ONIRIS

    • Partenaires du Réseau régional « Grandir ensemble »

  • Autres collaborations majeures :
    • Unités INRA, SENAH (Rennes), UEPSD (Jouy-en-Josas), UMR1089 Xénobiotiques INRA-ENVT (Toulouse)

    • UNI, Bordeaux (J.P. Konsman) ; CNRS, Strasbourg (E. Challet)

    • Partenaires de l’étude épidémiologique EPIPAGE sur le devenir à long terme des prématurés

    • Réseau Européen de banques de lait maternel

    • Institute of Biological Sciences, University of Wales, Ceridigion, Royaume-Uni (Dr S. Shirazi-Beechey) ;

    • Université de Giesen, Allemagne (T. Hubschele) ;

    • University of Florida, Gainesville, USA (Josef Neu) ;

    • University of Pennsylvania, USA (M. May)